White God

white god

Kornél Mundruczo nous offre un 6ème long métrage politique et radicalement libertaire dans la métaphore du fascisme qu’il nous livre. Un film qui lui a valu le Prix un Certain Regard lors de la dernière édition du Festival de Cannes.

Si White God nous fascine, c’est par l’introduction d’un point de vue encore rare au cinéma : celui de l’animal. L’électrochoc que j’ai ressenti lors de la projection du film me donne envie de décortiquer sa narration dans les moindres détails, ainsi que de livrer ses ficelles. Mais fidèle à mes principes, qui me dictent de préserver la nature d’un film en conservant sa surprise (car un bon film doit être comme une surprise : attirant de l’extérieur, et surprenant à l’intérieur), je tenterai simplement de vous donner envie de le découvrir.

White God est étonnant par la justesse avec laquelle le réalisateur met en place une métaphore de l’homme via le chien, sans tomber dans le pathos extrême et l’attendrissement compulsif. Car si le début du film peut inquiéter le spectateur sur ce point, la suite ne l’épargne pas. Et à ce propos, j’aimerai noter la grande proportion de spectateurs qui ont quitté la salle pendant la projection, éreintés par quelques scènes violentes. A quoi s’attendaient ces spectateurs ? A voir une version de La Belle et le Clochard en prise de vue réelle ? Je reste interroger face à cet abandon d’une histoire, et un rien agacée de savoir qu’un chien maltraité semble moins supportable qu’un homme maltraité. Le film peut sembler dur pour certains spectateurs, mais pas plus que n’importe quel film américain, ou même français, où la violence est omniprésente. Pourquoi le chien émeut-il plus que l’homme ? Peut-être que ces spectateurs ont tout simplement voulu nier la suite du film, car elle renverse nos émotions du tout au tout et crée sans doute une confusion trop grande chez certains spectateurs…

Toujours est-il que ce film est une prouesse technique de mise en scène et d’interprétation (aussi bien canine qu’humaine), car il maîtrise ses modulations narratives à la perfection, tel un morceau de musique classique. On s’attend presque toujours à ce qui va arriver, mais la maîtrise des climax est telle, qu’on reste impressionné. Le discours du film, nous l’avons dit, est politique, car dénonciateur de discrimination et racisme, cela autant à travers le personnage d’Hagen, le chien, que de la jeune Lili qui rencontre des problèmes similaires, à une autre échelle. Si Hagen est un chien proche des hommes par son intelligence, Lili est proche des chiens par son instinct. Ces notions d’instinct et d’intelligence sont très présentes dans le film, et mises en parallèle avec une esthétique du sensoriel. White God touche à l’organique, et c’est grâce à cela que ce met en place l’identification des spectateurs. Un peu à la manière de The Tribe, White God surfe sur la vague d’une esthétique sensorielle, meilleure manière de représenter et faire ressentir au cinéma.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s