CINÉMA : SNOW THERAPY

snow therapy

Le cinéaste suédois Ruben Östlund signe un film bouleversant, oscillant entre drame et comédie sarcastique. Une exploration des relations hommes-femmes sous un tout nouveau jour, dans un décor aussi angoissant que libérateur.

La force du film réside dans une maîtrise parfaite de son rythme, et de l’évolution des personnages dans les lieux de l’intrigue. Tomas et Ebba emmènent leurs deux enfants, Vera et Harry, cinq jours dans les Alpes pour faire du ski. Un séjour qui tourne au cauchemar, lorsqu’une avalanche envahit la terrasse du restaurant où la famille est en train de déjeuner. Face à ce danger, Tomas fuit, laissant sa femme et ses enfants seuls. Plus de peur que de mal, car tout le monde s’en sort, mais un silence s’installe dans le couple, et perturbe les enfants.

Le film explore les différentes phases par lesquelles passent Tomas et Ebba suite à ce drame. Du silence total à la crise d’hystérie nocturne, les deux personnages ne se reconnaissent plus, et tentent coute que coute de se rassurer. C’est en réalité de ça que traite le film : la recherche d’une protection à travers l’amour. Ebba doute de la capacité de Tomas à la protéger, et développe des questionnements autour de ce besoin, dans le couple traditionnel monogame. De son côté, Tomas doute de sa virilité, et de sa capacité à agir en tant qu’ »homme ». A travers ces deux personnages, le film questionne la dualité du couple : femme et mère de famille, homme et père de famille. Deux grandes questions autour des représentations du masculin et du féminin, qui sont ici subtilement mises en scène.

Les lieux du film et le choix des cadrages jouent un rôle déterminant dans l’évolution de l’état des personnages. Le film ne voue pas un culte au plan d’ensemble d’introduction, et reste longtemps très proche de ses personnages, en privilégiant des plans serrés qui ne les intègre pas dans un espace reconnaissable. Les scènes dans l’appartement sont longtemps limitées à des prises dans la chambre, où les 4 membres de la famille dorment sur le lit. Cet étouffement du cadre est symbolique du huis clos familiale dans lequel le spectateur est plongé (et qui n’est pas sans rappeler celui de Shining, qui se passe également dans un hôtel à la montagne), cela à la limite d’une représentation incestueuse. L’intimité du couple (et individuellement d’Ebba et Tomas) est d’ailleurs mise à l’épreuve tout au long du film, si bien qu’on ne peut pas se représenter réellement leur relation. Ils sont envahis, à la fois de manière littéral par cette avalanche, mais également par leur rôle de parents qui semble les empêcher d’exister en tant que couple. Ebba fait la connaissance d’une femme dans l’hôtel qui prend des vacances loin de ses enfants et de son mari, et dont la liberté de mœurs qu’elle adopte bouleverse Ebba vis-à-vis de sa propre condition. Ce couple est dans une telle crise qu’il la propage chez les autres, du couple d’amis aux passagers d’un bus.

Le film avançant, la caméra recule, offrant un espace de réflexion aux personnages, mais également une vision d’ensemble au spectateur. Le huis clos se démêle lentement, laissant place aux dialogues, aux rires, aux larmes et aux cris. Snow Therapy est unique dans cette maniabilité des genres, ce jeu des espaces, et le talent bouleversant dont font preuve les acteurs. Un film à voir absolument, car il pose des questions qui nous concernent tous, à travers une narration surprenante.

snow therapy t

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s