DIX POUR CENT : sous les jupes des stars

Elle en a fait du bruit la petite nouvelle de France 2, Dix pour cent, qui a fait son entrée mercredi sur la chaîne publique, mais que vaut-elle ?

Pitch : Le quotidien mouvementé de quatre agents de stars, associés dans une agence de prestige.

Dix pour cent

Chaque épisode s’organise autour d’une ou deux guests stars, dont doivent s’occuper nos quatre agents. Il y a Andréa (Camille Cottin), la lesbienne fonceuse et cinéphile, Mathias (Thibault de Montalembert), le requin sans cœur qui rejette sa paternité, Gabriel (Grégory Montel) le tendre qui peine à faire ses preuves, et Arlette (Liliane Rovère) figure des fondations de l’agence. Un panel plutôt hétérogène, qui permet d’aborder une multitude de thématiques : homosexualité, paternité, masculin/féminin, l’âge dans le milieu professionnel etc. A travers ces personnalités, Dix pour cent dresse le portrait d’une profession caractérisée par une dualité – la même que celle qui caractérise le cinéma – art/industrie. Dans ce métier, la star peut être vue comme une amie, avec laquelle on crée des liens, une cliente, pour laquelle on trouve des films, ou un produit, simple monnaie d’échange. Les différents points de vue que nous propose la série permettent de mettre en lumière ce rapport à la star, et donc au cinéma. On peut voir le cinéma comme un art, une industrie, ou encore capituler face à sa dualité, en acceptant la richesse qu’elle offre. Est-il question de faire du cinéma ou de faire de l’argent ? Voilà une question qui se pose dès le premier épisode.

Le plaisir de la série vient de la place privilégiée qui est offerte au téléspectateur, à qui on offre une visite guidée réaliste des coulisses du cinéma, ceux qui sont au plus près de la star – figure mythique qui nous fascine pour sa photogénie et son habilité à se dépasser elle-même pour représenter la condition humaine. Cette place privilégiée est d’autant plus appréciée qu’elle est mise en scène par Cédric Klapisch entre autres, et inspirée par de fameux casteurs comme Dominique Besnehard. En guests stars, on retrouve Cécile de France, Nathalie Baye et Laura Smet, Audrey Fleurot, Julie Gayet… Cette plongée, dans le quotidien d’une profession qui reste encore mystérieuse aux yeux du grand public, intrigue le public qui était réuni au nombre de 5 millions pour les 2 premiers épisodes !

Dix pour cent semble bien partie, installant son esthétique et sa narration sur un rapport étroit au réel, sans mettre de côté la place du mythe dans l’image qu’on donne de la profession, ce qui peut plaire au public français.

(Visuels France 2)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s