50 NUANCES PLUS SOMBRES : OH OUI, ENCORE UNE FESSÉE !

Ça y est ! Anastasia a réussi l’impensable, l’inimaginable, le rêve de toutes les femmes hétérosexuelles : changer un homme. Après maintes paires de fessées, Christian Grey abandonne ses addictions perverses pour les yeux de sa belle. Un scénario totalement irréaliste et superficiel, qui est uniquement mis en place pour justifier des scènes de sexe.

50-nuances-plus-sombres

Parce qu’on le sait, une femme ne changera jamais un homme. Faut arrêter de croire aux contes de fée, phénomène de l’âme-sœur et toutes ces conneries les nanas. Dans une version plus cohérente de 50 nuances, Grey retourne le cerveau d’Anastasia parce que c’est un grand manipulateur, un pervers narcissique comme on aime les nommer, et il finira par la tromper en sortant ses contrats et ses gros billets. 50 nuances n’est rien d’autre qu’un conte de fée pour adulte. Un fantasme érotique rassurant, car l’aspect honteux et pervers du sexe est transformé en grand amour. Plus que ça, il est excusé par l’enfance traumatique qu’à vécue Christian.

50 nuances plus sombres

Parlons-en du sexe justement. Il me semblait jusque-là qu’on était face à des fantasmes féminins, où la femme est entièrement prise en charge par un homme, ce qui lui permet de se laisser complètement aller. Pas du tout ! Dans ces scènes de sexe s’expriment des fantasmes de domination purement masculins, où la femme est objectisée, toujours dans une posture passive, interdite même de toucher son partenaire. C’est une poupée. Même son patron et son meilleur ami veulent se la faire. Je vois déjà les attaques diverses et variées qui me reprocheront d’avoir une approche des genres archaïque, ou de lester Anastasia de sa liberté de choix. C’est vrai qu’elle donne son accord. Qui ne le ferait pas ?  Un beau gosse milliardaire et passionné qui prend tout en charge, ça a quelque chose d’attrayant. Mais si on lui prête du caractère et une résistance certaine face à Grey, ce qui se passe dans la chambre est une autre histoire. A aucun moment elle ne manifeste l’envie de prendre les choses en mains.

50-nuances-plus-sombres

La vérité est que les personnages sont animés par de faux problèmes, des problèmes de riches qui ne concernent que le sexe et l’argent. Quel individu de la classe moyenne se rendrait à un dîner avec des boules de geisha dans la culotte ? La saga est un simple soap, à peine divertissant, qui n’élève aucun débat sur la condition des femmes et la place de chacun des deux sexes dans les relations amoureuses. On est là uniquement pour se rincer l’œil sur deux beaux acteurs et, le temps du film, rêver à une vie où on aurait les mêmes problèmes.

(Visuels © Universal Pictures International France)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s