JOYEUSE SAINT VALENTIN & BONNE BAISE

Après le nouvel an, la Saint Valentin est sans doute la fête qui réunit le plus d’alcooliques. Certains boivent parce qu’ils sont seuls et aimeraient rencontrer la perle rare, d’autres boivent pour oublier la tête de leur moitiée qu’ils ne peuvent plus encadrer.

st-valentin

On dit souvent : « Avant, c’était mieux, il y avait un respect des valeurs, les hommes étaient romantiques, galants, et les couples duraient ». Mais voilà encore le fruit d’une manipulation sociale, d’un fantasme collectif rassurant sur notre condition. Avant, il n’y avait pas de respect des valeurs mais une soumission face à elles. Les hommes n’étaient pas plus romantiques ou galants, ils prenaient juste des pincettes pour, d’une part, mettre les femmes dans leur lit (ce qui était moins facile avant la pilule) ; d’autre part, faire en sorte de les bousculer le moins possible, pour qu’elles ne se rendent pas compte de la place de merde qu’ils leur offraient dans le monde. Celle d’une potiche vierge et innocente, bonne qu’à enfanter et recoudre des boutons.

doisneau

C’est qu’ils furent bien embêtés lorsqu’elles réalisèrent le rôle quelles tenaient. Comment allaient-ils exercer leur pouvoir masculin et valoriser leur ego, maintenant que les femmes pouvaient se passer d’eux dans de nombreux domaines ? Facile. Il suffit de jouer la carte romantique, celle du sauveur, du prince charmant. Cette idée semble pittoresque à bon nombre de femmes aujourd’hui,  comme le vent qui souffle d’un roman de Flaubert ou autre gus qu’on peut remercier pour nous avoir rendues plus cruches que ce que la société nous impose déjà. Le romantisme a toujours été un moyen d’échapper au réel. C’est une quête vaine, un état éphémère entièrement guidé par l’imaginaire, ce qui en fait un produit inestimable, une arme absolue d’assujettissement des femmes. Parce que les femmes, elles veulent y croire. Enfin une bonne partie au moins, sinon, ça n’aurait pas pris l’ampleur qu’on connaît à travers la publicité, les films, les magazines féminins et, bien entendu, la Saint Valentin. À l’heure où les individus pensent pouvoir tout acheter, le grand amour est, lui aussi, devenu un marché.

publicité

Ce marché mise sur la rareté du produit, car il est difficile de trouver quelqu’un de bien avec qui passer sa vie, quand la génération de nos parents a cassé le schéma traditionnel du couple. Beaucoup cherchent à retrouver cela, tout en vivant avec son temps. Aujourd’hui, le couple est dans une quête d’alliance entre des valeurs conservatrices et révolutionnaires. Ce qui vaut pour le couple vaut pour pas mal de choses, à commencer par la politique, qui est passée maîtresse dans l’art du compromis et du culte d’un passé, soit-disant, glorieux. La Saint Valentin cristallise ces enjeux psychologiques, sociaux et capitalistes. Elle est la promesse d’une échappée romanesque qui donne satisfaction aux deux sexes. Le temps d’une soirée, la femme est libérée de ses responsabilités modernes, replacée sur un piédestal où elle est seulement un objet de désir ; et l’homme enfile sa tenue de prince, redorant ainsi une posture virile rassurante.

vintage-kiss-3

Alors assumez. Rageux anti-conformiste ou fleur bleue émerveillée, oubliez les étiquettes et passez une belle journée, seul ou accompagné !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s