Mythes en séries

Le paysage sériel fait face à un nouvel envahisseur : le prequel ! Hannibal, Bates Motel, The Carrie Diaries, Gotham, Better Call Saul… On ne compte plus les séries qui s’inspirent des grands succès de fiction. Analysons la recette d’un tel engouement.

bates motel

DES HÉROS EN SÉRIE

Le phénomène n’est pas nouveau. Bien avant qu’on vive ce troisième âge d’Or des séries, enclenché par l’arrivée du streaming et des plateformes de téléchargements, qui ont favorisé le binge watching, le cinéma était déjà un fervent adepte du genre (Star Wars, The Hobbit, X-Men…). Mais le format des séries semble offrir une liberté sans limite dans le développement des univers à succès qui, eux-même, offrent de multiples possibles narratifs. Grâce au format sériel, les histoires sont racontées sur une longue durée, ce qui permet un développement de la psychologie des personnages plus approfondie, et un attachement plus fort de la part des spectateurs . Jean-Pierre Esquenazi pointe cette caractéristique, disant : « La série, capable de poursuivre son histoire pendant plusieurs années, génère des univers fictionnels qui semblent échapper à la clôture du roman et du film. De telle sorte que notre histoire s’entremêle avec celle de la série, ses péripéties se combinent avec nos propres mésaventures et tissent avec elle un « docu-fiction » original »*. C’est pourquoi ce format est plus adéquat à la réalisation d’un prequel. La spécificité du prequel est que le spectateur connaît déjà l’issue de l’intrigue. Il a pour but de développer la psychologie des personnages, pour qu’on comprenne comment ils sont devenus ce qu’ils sont dans les films ou séries que nous connaissons. Comment Norman Bates est-il devenu le tueur en série le plus connu du monde, grâce à la scène de la douche tournée par Hitchcock ? Comment Will Graham a-t-il fait pour piéger Hannibal Lecter ? Comment Carrie, Miranda, Charlotte et Samantha se sont-elles rencontrées ? Etc.

carrie diaries

RETOUR VERS LE FUTUR

Sachant que la majeure partie des spectateurs de ces séries connaissent l’histoire originale, les scénaristes doivent trouver le bon compromis entre le maintien de la marque de fabrique des récits et le développement de nouvelles intrigues qui les renouvellent. Ainsi, ces séries se révèlent être de grands jeux de pistes, où les spectateurs traquent les points communs et les divergences avec le récit original, autant dans le travail d’écriture que de mise en scène. A ce jour, le prequel sériel le plus fidèle est Bates Motel qui, malgré des prises de libertés dans l’écriture et le développement d’intrigues, n’entache en rien le récit de Robert Bloch. Hannibal, au contraire, est caractérisé par de grandes prises de liberté à partir de la saison 2. Un parti pris volontaire de la part du showrunner Bryan Fuller. Les 2 saisons de Carrie Diaries, prequel de Sex and the city, adaptées du roman éponyme, présentent quelques incohérence avec le roman, mais la série n’a pas survécue assez longtemps pour qu’on puisse véritablement en juger. Au-delà d’éventuelles illogismes narratifs, ce qui plaît au spectateur est le fait de retrouver le ton de l’univers. C’est un rapport sentimental et nostalgique qui s’exprime dans les prequels sériels, à travers le phénomène de répétition. Umberto Eco parle de ce plaisir que peuvent trouver les spectateurs dans la répétition : « Avec une série, on croit jouir de la nouveauté de l’histoire alors qu’en réalité, on apprécie la récurrence de la trame narrative qui reste constante. En ce sens, la série répond au besoin infantile d’entendre encore et toujours la même histoire, d’être consolé par le retour de l’identique, sous des déguisements superficiels »**.

Gotham

DES PSYCHO-SÉRIES

Bien que les prequels sériels répondent à une réalité économique, car ils présentent un risque d’investissement moindre que la production d’un long métrage, un lien affectif se manifeste. Et ce lien passe essentiellement à travers la construction des héros. Norman Bates, Hannibal Lecter, Carrie Bradshaw, Batman, ne sont pas seulement des personnages mais des marques, des labels qui existent au-delà des univers qui les ont enfantés. Ils appartiennent à une culture commune et, caractérisés par une universalité, ils reflètent la société dans laquelle nous vivons. Cette existence extra-textuelle des personnages est rendue possible par l’interprétation des acteurs qui, eux-mêmes, sont devenus le reflet des personnages interprétés. On ne parle pas d’Anthony Perkins, Anthony Hopkins et Sarah Jessica Parker, sans parler de ces rôles. Comme le dit Morin : « Les personnages de film contaminent les stars. Réciproquement la star elle-même contamine ses personnages. »***. L’importance du héros dans le prequel sériel révèle une nature psychanalytique de ce type de récit. Comme le prequel, le travail analytique consiste à revenir en arrière, explorer dans le passé pour comprendre le présent. Ce n’est pas un hasard si Psychose et Hannibal ont été choisis pour faire un prequel, car ils présentent tous les deux une dimension psychanalytique, Norman étant psychotique et Hannibal psychiatre et psychopathe.

hannibal

Le printemps 2017 verra la clôture de l’aventure Bates Motel. Mais l’expansion des séries prequels ne fait que commencer, car CW a commandé un pilote du prequel sériel de Charmed, aux scénaristes de The Carrie Diaries ! Affaire à suivre…

*ESQUENAZI Jean-Pierre, Les séries télévisées : l’avenir du cinéma, 2ème édition, Paris, Armand Colin, 2012, p.40
**ECO Umberto, “Innovation et répétition : entre esthétique moderne et post-moderne”, Réseaux, 1994, volume 12 n°68. pp. 9-26, p. 15.
***MORIN Edgar, Les stars, Galilée, 1984

(Article rédigé à partir de mon memoire, soutenu en juin 2016 à la Sorbonne Nouvelle)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s